Actualités

Imprimer
07 novembre 2019
Hygiène et sécurité

La protection des agents contre les ondes électromagnétiques des téléphones portables

onde téléphone

Dans le cadre de la réalisation de leurs activités professionnelles, les agents des collectivités territoriales et des établissements publics bénéficient d’équipement professionnel mis à leur disposition par leurs employeurs :

  • téléphone portable,
  • ordinateur,
  • onduleur, borne WI-FI…

Ces équipements émettent des ondes électromagnétiques dont une partie, absorbée par le corps humain peut occasionner des effets sur la santé tels que : des troubles visuels, perte de mémoires, dysfonctionnement d’implants passifs (stent par exemple) ou d’implants actifs (stimulateurs cardiaques, défibrillateur…)

 

L’amplification de l’usage du téléphone portable en milieu professionnel interpelle sur l’exposition des agents aux ondes électromagnétiques qu’ils émettent et sur la nécessité d’évaluer la portée de leurs ondes. En effet, depuis le 1er janvier 2017, les employeurs dont les travailleurs sont exposés aux champs électromagnétiques, sont tenues de mettre en place des mesures de protection contre les ondes électromagnétiques. Cette exigence vise à améliorer la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs, qui reposait jusqu’alors sur les seuls principes généraux de prévention, en intégrant une approche graduée des moyens de prévention à mettre en œuvre en cas de dépassement des «valeurs d’action et des «valeurs limite qui sont déterminées référence au Dispositif d’Absorption Spécifique (DAS).

Qu'est-ce que le DAS ?

Pour quantifier les effets de l’absorption des ondes électromagnétiques sur l’organisme, les scientifiques ont recours à une unité de mesure qu’ils désignent sous le vocable de débit d’absorption spécifique (DAS), pour toutes les ondes comprises entre 100 kHz et 10 GHz. Ce débit s’exprime en Watt par kilogramme (W/kg).

 

Quels sont les différents types de DAS et les valeurs à respecter pour les téléphones portables ?

Trois types de DAS sont prévus pour mesurer l’exposition due aux téléphones portablesEn effet, les laboratoires qui effectuent ces mesures, utilisent tous les mêmes procédures de tests, selon les normes harmonisées au niveau européen (recommandation européenne 1999/519/CE) et reprises dans la réglementation française au travers de plusieurs textes réglementaires [1].

 

  1. le « DAS tête » reflète l’usage du téléphone à l’oreille, en conversation vocale. La norme NF EN 50360 décrit une méthodologie de mesure, qui repose notamment sur un modèle de tête et deux positions de référence du téléphone, au contact de l’oreille, à droite et à gauche. La valeur limite du « DAS tête » est de 2 W/kg.
  2. le « DAS tronc » est associé aux usages où le téléphone est porté près du tronc, par exemple dans une poche de veste ou dans un sac. La norme NF EN 50566 prévoit une mesure sur plusieurs faces de l’appareil (téléphone au contact du corps) à 5 mm maximum, La valeur limite du « DAS tronc » est de 2 W/kg.
  3. le « DAS membre », quant à lui, correspond à l’usage du téléphone plaqué contre un membre, par exemple tenu à la main, porté dans un brassard ou dans une poche de pantalon. C’est également la norme NF EN 50566 qui décrit cette situation. La valeur limite du « DAS membre » est de 4 W/kg

 

Ces valeurs limites doivent être impérativement respectées par les fabricants des téléphones portables et communiquées au public soit par voie d’affichage sur le lieu de vente, soit par le biais d’une mention portée sur les notices des appareils.

 

L’agence Nationale des FRéquences (ANFR), à travers son activité de contrôle régulier de l’exposition aux ondes électromagnétiques, publie semestriellement les mesures réalisées sur les appareils disponibles sur le marché français. Toutes les mesures de DAS réalisées entre 2012 et 2019 sur 565 téléphones portables vendus en France sont accessibles ici: https://data.anfr.fr/anfr/portail

 

 

Pour aller plus loin :

 

Juillet 2019 // Rapport et AVIS de l'Anses relatif aux effets sanitaires éventuels liés aux valeurs élevées de débit d’absorption spécifique de téléphones mobiles portés près du corps

 

 

Brochures de L’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) : 

Mesure des ondes électromagnétiques : 

 

 

 


[1] 1- Décret n° 2016-1074 du 3 août 2016 relatif à la protection des travailleurs contre les risques dus aux champs électromagnétiques ; décret n° 2013-1162 du 14 décembre 2013 relatif au dispositif de surveillance et de mesure des ondes électromagnétique

 

 
lien de redirection vers le flux d'évènements RSS L'agenda du CDG 34
28 jan 2020
Instances représentatives du personnel
03 fév 2020
Instances médicales

Lettre d'information

S'inscrire

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes les dernières infos directement dans votre boîte email.

A propos de CDG 34

Le Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de l’Hérault (CDG 34) est un établissement public local au service des communes et des établissements publics du département de l’Hérault. Il propose des missions dans les domaines des carrières, de la prévention ou bien encore de l’emploi territorial. Il organise également les concours et examens professionnels pour les catégories A, B et C.