Actualités

Imprimer
08 mars 2021
Hygiène et sécurité

Prévenir les risques liés au radon

risque radon

Deuxième cause de cancer du poumon après le tabac, le radon est à l’origine d’environ 3000 décès annuels en France. Il est donc primordial de connaitre le degré d’exposition à ce risque.

 

Dans le cadre du travail, des dispositions réglementaires spécifiques s’appliquent dès lors que les travailleurs sont susceptibles d'être exposés à un risque dû au radon. Sont notamment concernées les activités professionnelles exercées au sous-sol ou au rez-de-chaussée des bâtiments situés dans les zones où l’exposition est susceptible de porter atteinte à la santé des travailleurs.

Qu’est-ce que le radon ?

Le radon est un gaz radioactif naturel qui est émis par les sols en concentration plus ou moins importante en fonction de leur nature (surtout émis par les roches granitiques, volcaniques, certains schistes). 

 

 

De ce fait, le radon est présent partout : dans l’air, le sol, l’eau. Le risque pour la santé résulte toutefois pour l’essentiel de sa présence dans l’air. Dans des lieux confinés tels que les grottes, les mines souterraines mais aussi les bâtiments en général, et les habitations en particulier, il peut s’accumuler et atteindre des concentrations élevées qui se mesure en Bq/m³ (becquerel par mètre cube).

 

Il est recommandé de maintenir la concentration d’activité du radon dans l’air au-dessous du seuil de 300 Bq/m3.

 

 

 

Comment évaluer la concentration de radon ?

L’évaluation des risques doit permettre une estimation préalable pour définir si la concentration d’activité du radon dans l’air peut atteindre 300 Bq/m3. Cette évaluation doit :

  • Prendre en compte la situation géographique du lieu de travail d’après la zone à potentiel radon

Les « zones à potentiel radon » du territoire français (voir la carte interactive des zones à potentiel radon de l’IRSN) sont définies à l’échelle communale (article R. 1333-29 du Code de la santé publique) dans un arrêté du 27 juin 2018.

 

  • Analyser la configuration du lieu de travail: situation en rez-de-chaussée, en sous-sol, en espace souterrain…
  • Prendre en compte l’aptitude du bâtiment à laisser pénétrer et à stocker le radon : aération et ventilation des locaux et qualité de l’étanchéité du bâtiment par rapport au sol (présence de fissures, sol poreux, points de passage des canalisations mal étanchéifiés…).

Comment effectuer un dépistage du radon dans un bâtiment ?

Le dépistage est effectué à l’aide de Détecteurs Solides de Traces Nucléaires (DSTN) qu’il convient de placer dans les lieux de travail concernés pendant au moins deux mois de préférence en période hivernale (octobre à avril).

 

Les DSTN sont disponibles auprès de fournisseurs accrédités, qui sont à ce jour :

Au bout de la période de deux mois, les DSTN sont retournés auprès du fournisseur pour analyse.

 

En réponse, le fournisseur précisera, pour chaque DSTN, un niveau de concentration d’activité du radon exprimé en Bq/m3 directement comparable au niveau de référence réglementaire (300 Bq/m3).

 

En découlera, le cas échant, des mesures de prévention à mettre en œuvre pour maîtriser le risque d’exposition au radon.

 

Exemples d’actions simples pour diminuer la concentration en radon dans un bâtiment :

  • Aération régulière des locaux.
  • Vérification de l'état et de l’efficacité de la ventilation existante (naturelle ou mécanique) et correction des éventuels dysfonctionnements (obturation des orifices d'entrée et de sortie d'air, encrassement, défaillance de ventilateurs…).
  • Amélioration de l’étanchéité des voies d’entrée et de transfert simples à colmater (fissures dans les planchers et murs, trappes, passage de canalisation…).
  • Amélioration de l’aération naturelle du soubassement.

 

Lettre d'information

S'inscrire

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes les dernières infos directement dans votre boîte email.

A propos de CDG 34

Le Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de l’Hérault (CDG 34) est un établissement public local au service des communes et des établissements publics du département de l’Hérault. Il propose des missions dans les domaines des carrières, de la prévention ou bien encore de l’emploi territorial. Il organise également les concours et examens professionnels pour les catégories A, B et C.